Du vent, que du vent, vraiment ?


La pollution sera :

– Sonore et infra sonore (voir Le Bruit et Les Infrasons),

– Lumineuse : chaque éolienne émet des flashs blancs de jour et rouges de nuit toutes les 2 secondes. Ces flashes sont visibles jusqu’à 20 km, soit une surface éclairée de 1250 km2, c’est à dire la moitié du département du Rhône ! Adieu, nos nuits étoilées ! [1]

– Gaz à effet de serre :

NON, L’ÉOLIEN CE N’EST PAS QUE DU VENT, PROPRE ET GRATUIT !

  • Ce sont aussi des centrales de substitution (charbon, gaz, fuel) pour compenser l’intermittence de la fourniture d’énergie par les éoliennes (fonctionnement équivalent à un jour sur quatre, en moyenne, soit 2000h par an),
  • En 2013, l’Allemagne, avec 22.000 éoliennes, a été champion d’Europe de la pollution avec 760 tonnes de CO2 par habitant (346 en France, 6.000 éoliennes). Elle a agrandi la mine de lignite de Garzweiler et a exproprié 42.000 personnes (12 villages). [2] [3]

pollution_r

Plus il y aura d’éoliennes, plus il faudra de centrales de substitution !

Terres rares :

  • Les éoliennes à aimants permanents (partie tournante fixée au rotor) contiennent du fer, du bore, du néodyme, du praséodyme et du dysprosium (source BRGM),
  • Ces matériaux se désagrègent dans le temps du fait des températures élevées de fonctionnement des matériaux et il y a risque de dispersion dans l’environnement.

Ce risque n’est pas examiné lors des études d’impact.


[1] Pollution lumineuse
[2] Allemagne – Transition énergétique
[3] CO2 Eurostat

Les commentaires sont clos.