Une grande richesse faunistique


FauneCertaines espèces, familières de notre région, paieront un lourd tribu à l’éolien. [1]

Les chauves-souris dont le radar est perturbé ne sont pas victimes d’une collision avec les pales d’éolienne mais de la dépression de l’air créée par la rotation de ces pales qui fait imploser leurs poumons. Des millions d’entre elles sont tuées chaque année en Europe. En France, les chiffres sont connus mais ne sont pas publiés. Quand leur nombre sera devenu insuffisant, accepterons-nous de nous faire dévorer par les moustiques ou bien battrons-nous le rappel des insecticides ?

Les rapaces (Milan noir, Autour des palombes, Grand duc d’Europe, Hibou petit duc, …) qui voient parfaitement les éoliennes sont capables de juger du moment opportun pour passer entre les pales mais, à 14,5 tours/mn, la pale qu’ils ont évitée est suivie d’une autre pale qui leur arrive dessus à 280 km/h (vitesse en bout de pale). Cela fait, là aussi, des millions de victimes chaque année, [2]

Les oiseaux migrateurs sont tout aussi exposés (palombes, grives, grues, oies, alouettes, bécasses, engoulevents, huppes, pies-grièches, …) qui empruntent, chaque année le couloir migratoire, bien connu des chasseurs, qui passe par le Crot au Loup dans le massif de Champ Bayon.

Dans le même temps, à Monsols, à 5 km de là, ENESYS (ex-ERDF) installe des dispositifs de protection pour les oiseaux sur les lignes à haute tension [3]. Cohérence ???


[1] Zones Naturelles d’Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique
[2] Photos d’un hachoir
[3] Protection des oiseaux

 

Les commentaires sont clos.