Enquête publique complémentaire

La seconde enquête publique s’est terminée le samedi 30 novembre au soir. Elle a duré quinze jours et a donné lieu à 241 contributions, défavorables au projet à 92%, dont celles de 7 associations de défense de l’environnement. Le mouvement d’opposition ne faiblit pas, c’est près de deux fois plus de contributions que pour l’enquête initiale. Le résultat est sans appel et le commissaire-enquêteur ne s’y est pas trompé puisqu’il a émis un nouvel avis défavorable, après celui de son prédécesseur lors de l’enquête initiale de fin 2016, en s’appuyant principalement sur les impacts sonores, lumineux et visuels pour la population située dans le périmètre immédiat du projet (1000m), le premier axe de notre combat. Le Préfet va-t-il, une nouvelle fois, mépriser cet avis pour donner satisfaction au promoteur ?

En revanche, concernant la ressource en eau, le commissaire-enquêteur considère que la motivation pour l’avis défavorable de l’enquête publique initiale peut être considérée comme levée sur ce thème et ce, malgré la non réponse apportée par la CNR à la recommandation de la MRAe dans son avis de juin 2019. Nous continuerons donc à nous battre sur ce point car la préservation de cette ressource, aujourd’hui au cœur des conséquences du changement climatique, est essentielle pour notre population. Elle ne souffre aucune faiblesse, aucune prise de risque.

D’autres aspects n’ont pas été traités ou insuffisamment traités : le raccordement dont on vient de découvrir, après 7 ans d’instruction, qu’il se ferait à Chauffailles et non plus à La Clayette, les impacts routiers, la sécurité aérienne, le démantèlement, la gestion des déchets.

N’en déplaise à M. Gonnachon, correspondant de presse et adjoint au maire de Saint Igny de Vers, le projet n’est pas encore adopté, lui qui rédige des comptes rendus de Conseil municipal auxquels il n’assiste pas, qui omet de donner le résultat du vote sur les délibérations et qui se trompe sur leur nombre dans un article qu’il a fait paraître dans Le Progrès du 15 décembre. Pensait-il décourager les lecteurs en affichant ce titre menteur ? Peine perdue, ils sont plus que jamais décidés à faire entendre leur voix à travers les associations qui les représentent !

“Bien informés, les hommes sont des citoyens ; mal informés, ils deviennent des sujets”.  Alfred Sauvy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *